Réussite au jardin ?

Publié le par Claude

Réussite au jardin ?

Bien souvent mes ami(e)s qui passent à côté ou même dans mon jardin se demandent comment je fais pour avoir un si beau jardin et de tels résultats.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’y pas de mystère, car un jardin veut voir son jardinier tous les jours.

En effet il y a toujours à faire dans un jardin, et l'observation des plantes et de la terre, guide le jardinier vers les bons gestes pour réussir.

Préparation et amendement du sol.

C’est un sujet essentiel et non simple à traiter car chaque type de sol est différent, mais que les cultures des années précédentes y jouent aussi un rôle non négligeable.

Dans le passé un apport de matière organique se faisait régulièrement avec du fumier de bovins.

Malheureusement celui-ci se fait de plus en plus rare et de ce fait cela demande au jardinier, d’innover.

Au printemps 2015 j’ai donc décidé de faire un essai avec l’apport de terreau des plus ordinaires.

J’ai étalé 800 litres de terreau sur mes futures plates-bandes. C’est à l’aide de la motobineuse que j’ai mélangé et enfuit cette matière organique. Coût de l’opération 30€.

Le premier est résultat est encore visible après 4 mois, car la terre est restée très meuble et que lors d’une forte pluie cette dernière pénètre très facilement dans le sol. 

http://www.naturebricojardin.com/2015/03/apport-nutritionnel.html

Mes plantations

Depuis quelques années, j’ai pris l’habitude de planter mes tomates, salades, cèleri et autres légumes dans une grosse poignée de terreau horticole et d’y rajouter un peu corne broyée.

 

Apports nutritifs en cours de croissance des légumes

Mes tomates, poireaux et céleris raves ont droit à des apports avec purins d’orties et de consoude.

Ces purins sont naturels et ils ont la particularité de fortifier et de protéger les plantes.

L’apport de nitrates chimique est totalement proscrit dans mon jardin. D’autres apports en engrais organique peuvent également être fais en cours de la croissance des plantes. Cela est à éviter dès lors que les plantes souffrent d’un manque d’eau ou lors de grosses chaleurs, car vous pourriez les brûler gravement.

Le purin d'orties, l'ami du jardinier

Le purin d'orties, l'ami du jardinier

L’apport en eau

L’eau est source de vie, sans elle il n’y a rien et le jardinier ne peut rien faire, et c’est pourquoi  j’ai réalisé une installation pour récupérer l’eau d’une partie de mes toitures.  La réserve représente environ 3000 litres, de quoi faire.  C’est donc avec l’eau de pluie que j’arrose, mes semis, mes légumes, fleurs et les fruitiers en cas de canicule.

Cette eau tempérée évite aux plantes un choc thermique comme cela peut être le cas avec l’eau du robinet ou encore pire, avec l’eau d’un puits qui n’a généralement que 13° alors que sol et les plantes sont à une température de 20 à 30°.

Je privilégie largement l’arrosage très tôt le matin lorsqu’il fait encore frais, mais à mon grand regret cela n’est pas toujours possible, et doit donc le faire après le coucher du soleil.

 

Attention l’eau de pluie stagnante perd de ses qualités

En effet ayant fait des tests de radiesthésie sur le sujet je peux vous garantir que les résultats d’arrosage avec de l’eau fraîchement brassée est flagrant.

Le passage dans une pompe permet à l’eau « morte » de retrouver un meilleur taux vibratoire et plus encore.

Remplir son arrosoir à l’aide d’une pompe a donc un très gros avantage pour les plantes ! 

Publié dans Jardinage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article