Un apport de composte au jardin.

Publié le par Claude

 

Article édité en octobre 2017 et complété le 07/09/2018

Les années passent et les cultures appauvrissent progressivement la terre de mon jardin et plus particulièrement du potager. 

Cela fait 3 ans que j'ai commencé à y faire des apports de matières organiques pour restructurer cette terre, avec tout d'abord un petit apport de terreau. 

J'ai continué à l'automne 2016 avec l'apport de fumier de bovin. Ce dernier a permis de développer une microfaune qui commençait à faire défaut puisque le dernier amendement organique datait de plusieurs décennies. 

Le résultat a été vraiment visible sur, d'abord sur la structure du sol avec le retour de vers de terre et autres micro-organismes mais aussi et sur la production des légumes de 2017. 

Pour compléter cette deuxième action, j'ai commencé à faire un apport de composte 100% végétal issu d'un centre de compostage de la région.

C'est à un tarif abordable de 20€ pour 500 kg que j'ai réalisé cet apport à raison d'environ 8 à 10 kg au m2. Cet apport d'humus nutritif et performant devrait consolider mon opération de l'an dernier et m'évitera à l'avenir tout apport d'engrais. 

Avec un tel apport le sol sera plus meuble et plus aéré, sa capacité de rétention d'eau sera aussi améliorée. 

Dans le futur, il ne me restera plus qu'à compléter régulièrement avec un petit apport d'environ 3 kg au m2. Ce dernier n'aura plus besoin d'être mélangé avec la terre puisque les vers s'en chargeront. 

 

Le résultat sur le potager a été flagrant en cette année de sécheresse. 

Voici quelques faits retenus depuis le printemps 2018

  • Au début du printemps les carrés où il y a des apports de composte sont bien plus humides que les autres.  Cela retarde la préparation et les premier semis. 
  • Ensuite on peut constater que les légumes démarrent très bien et qui fait rattraper le retard des semis.
  • Le point le plus flagrant reste la retenue d'humidité dans ces parcelles ou les melons et cornichons, tomates et betteraves rouges se développent sans arrosage alors que la canicule tapait très fort dans mon jardin. En exemple: 4-5 arrosages des tomates pendant toute la période estivale.  Aucun arrosage des betteraves rouges, juste 1 arrosage des melons, etc...
  • La quantité des récoltes est assez impressionnante et ceci sans apports d'engrais. 

Et maintenant ? 

Ayant été convaincu des bienfaits de mon action en 2017, j'ai décidé de remettre cela sans attendre surtout en priorité sur un carré où je vais installer de nouveaux fraisiers, mais aussi sur l'ancienne parcelle qui n'avait pas eu droit à l'apport de composte l'an passé. 

De retour du centre de compostage avec 800 kg de matière organique à épandre..

J'ai démarré l'épandage avec le futur carré à fraisiers...

Voilà une couche d'une épaisseur d'environ 8 à 10 cm d'épaisseur...

Et maintenant quelques passages pour mélanger le composte à la terre du jardin, à droite sur la photo c'est déjà fait.

Les 800kg ont été utilisés sur environ 50 m2 avec des variantes selon les carrés, car je n'ai pas oublier les rosiers et autres parcelles à fleurs....

La dernière phase sera la plantation des nouveaux fraisiers....

A suivre...

Publié dans Jardinage, Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard 29/09/2018 14:30

Bonjour Claude
Belle leçon de jardinage....
Est ce que vous étiez déjà au brame du cerf, chez moi il n'a plus grand chose.
A force de tuer les biches, la forêt est vide......
Bonne journée
Gérard

Claude 28/10/2017 08:48

Oui en effet cela fait un peu de boulot, mais cela est aussi bon pour la santé.
Il me reste encore une moitié à faire, mais pour le moment il est encore trop puisque j'ai encore pas mal de légumes en terre. Cordialement.

anais 28/10/2017 07:39

Cela a fait beaucoup de travail. mais le succès est certain. Mon appréciation, Claude.